Mesures de sécurité supplémentaires

mistral_key.gifCliquez (si vous osez !). Les années 2000 à 2016 ont vu Mistral subir une perte de revenus due au vol d'accès à sa propriété intellectuelle, qui se chiffrait à six chiffres chaque année. Des millions de livres au total et menaçant la survie même de Mistral. Ainsi, au début de 2017 et à la suite d'un nouvel investissement financier substantiel dans un codage de sécurité supplémentaire et des essais sur le terrain, un nouveau système d'enregistrement de logiciel a été introduit.

Le nouveau système d'enregistrement de Mistral s'est révélé très efficace. Il est également simple et rapide à suivre pour les utilisateurs et a déjà endigué le piratage jusqu'à 90 %. Cependant, aucun système n'est infaillible et un élément de confiance est toujours attendu des licenciés.

En 1998, le système de licence "Corporate" de Mistral a été conçu et introduit pour fournir une gestion économique et sans stress des logiciels experts essentiels pour la majeure partie du marché cible de Mistral. Les titulaires de licence d'entreprise bénéficient d'un accès illimité pour le personnel, dans la catégorie de taille de leur organisation, à tous les programmes et bases de données interactives. Le nouveau système de sécurité de Mistral, tout en surveillant les adresses IP des téléchargeurs dans le cadre de la loi sur la protection des données, de la loi sur l'utilisation abusive de l'ordinateur de 1990 et de la directive européenne plus récente sur le règlement général sur la protection des données (RGPD), ne peut cependant pas être infaillible.

Le journal du serveur de Mistral révèle des signes qu'un nombre limité de téléchargeurs tentent toujours de transmettre des copies illégales et d'accéder à des codes de sécurité à des tiers. La pratique illégale consistant à effectuer des téléchargements par procuration de logiciels sous licence pour le compte et à transmettre à d'autres est en violation directe du Computer Misuse Act 1990 . Il continue non seulement de menacer les intérêts acquis de Mistral dans le système logiciel expert de classe mondiale qu'il a développé et maintient en permanence, mais il nuit également, bien sûr, aux intérêts des licenciés légitimes de Mistral. Pourquoi un licencié, qui paie cher pour accéder à un système dans le but d'économiser du temps et de l'argent à sa propre organisation, devrait-il subventionner ceux qui sont trop méchants pour le payer ? ! Pire, subventionnez leurs concurrents qui sont trop méchants pour payer !

Les licenciés Mistral nécessitant des installations d'un deuxième programme, pour une utilisation sur des ordinateurs portables par exemple ou lorsqu'un nouveau code d'accès est requis pour remplacer une installation perdue suite à une panne de disque dur ou encore à un ordinateur perdu ou volé, seront désormais invités à faire une demande spéciale de téléchargement avec le code d'accès associé. Mistral invoquera alors des mesures spéciales pour s'assurer que la demande est légitime. Malheureusement, cela peut occasionner des retards dans la délivrance de nouveaux codes pendant que des vérifications supplémentaires sont effectuées et mises en œuvre.

Personne n'aime mentionner la législation, mais aucune personne respectueuse des lois n'a besoin de voir la déclaration suivante comme une menace. Nous devons rappeler aux responsables informatiques et aux responsables de l'accès informatique sous licence de leur organisation que Mistral Associates, son personnel et ses actionnaires accordent une très grande valeur à son investissement de plusieurs millions de livres et de centaines de milliers d'heures de travail. Le piratage de logiciels est un vol. Pur et simple. Mistral a une politique de tolérance zéro envers le piratage de logiciels et poursuit toujours les contrevenants dans toute la mesure permise par la loi. Peu importe qui ils sont ou où ils se trouvent dans le monde. À l'avenir, de telles poursuites invariablement couronnées de succès seront organisées pour attirer une publicité maximale et aussi pour demander une réparation maximale des dommages.

<